Chemin de gratitude : 01/10 !

Ce XXVIII ème dimanche dessine des chemins connus de nous ou pour nous… Notre fin de semaine qui souligne l’action de grâce, fait place à des déplacements plus ou moins longs. Aller par-ci, aller par-là. Chemins du cœur ou chemins d’intérêt, chemin de foi ou chemin d’errance…
Dans le deuxième livre des rois, Naaman descend au jourdain pour s’y baigner sept fois, il retourne chez l’homme de Dieu, Élisée, pour enfin emporter la terre d’Israël, « autant que deux mulets peuvent en transporter ». Que de chemins parcourus !
La conclusion des chemins de Naaman est splendide : « Je ne veux plus offrir ni holocauste ni sacrifice à d’autres dieux qu’au Dieu d’Israël. » Naaman pense être à bon port, sinon sur le bon chemin.

L’apôtre Paul invite le pasteur Timothée à un chemin spirituel. C’est le chemin du mémorial : « Souviens-toi, de Jésus Christ, ressuscité d’entre les morts… » Pour Paul, une foi libre se construit sur la mort et la résurrection du Christ, le chemin qui mène au salut, à la gloire éternelle. Quel chemin voulons-nous suivre?
Si nous sommes morts avec lui, avec lui, nous vivrons.
Si nous supportons l’épreuve, avec lui, nous régnerons.
Si nous le rejetons, lui aussi nous rejettera.
Si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole, car il ne peut se rejeter lui-même.
En effet, notre Dieu libre et vivant est au rendez-vous de la vie que le Christ nous offre en partage dans le train train quotidien ou dans les épreuves, mais surtout dans la fidélité. Faire le bon chemin nous garantit la rencontre du Christ.
Bien que mutilés par la lèpre, dix lépreux ont persévéré sur le chemin de la vie, ils ont certainement bravé des épreuves et ils n’ont jamais désespéré de recouvrer la santé.
Jésus marche vers Jérusalem et les lépreux vont à sa rencontre. Jésus renvoie les lépreux aux prêtres et en cours de route, ils furent purifiés. « L’un d’eux, voyant qu’il était guéri, revint sur ses pas en glorifiant Dieu à pleine voix. »
Non seulement, rencontrer Dieu peut être source de bonheur, de guérison ou de purification, mieux, savoir revenir à Dieu dans l’action de grâce est apprécié par Jésus comme un acte de foi salutaire : « Relève-toi et va, ta foi t’a sauvé. »
Mon frère, ma sœur, quel chemin fais-tu ?

Retour haut de page