Messe solennelle en l'honneur de Notre Dame du Laus

Conduire à la vérité toute entière…

La pentecôte 2019 a renouvelé en chacun d’entre nous, les sept dons du Saint Esprit que sont la Sagesse, l’Intelligence, la Science, la Force, le Conseil, la Piété et la Crainte de Dieu. Allons-nous en porter les savoureux fruits que sont la charité, la joie, la paix, la patience, la bonté, l’indulgence, la bienveillance, la mansuétude, la foi, la modestie, la continence et la chasteté ? (Galates 5, 22)

Maintenant que nous sommes dans la saison du temps ordinaire, ponctuée aujourd’hui par la célébration de la Trinité Sainte,
Il n’est pas question pour nous d’aller à la recherche de discours inédits ou innovants sur Dieu.
Il n’est pas question pour nous de dire qui est Dieu, sans la lumière divine.
Enfin, il n’est pas question pour nous de scruter savamment ou intelligemment le triple visage divin du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, sans la foi, la seule capable de donner accès à la grâce de la Sainte Trinité.
Encore aujourd’hui, l’actualité de l’évangile nous laisse entendre ceci : « Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière… »
A la question de savoir si l’Esprit Saint est venue, nous sommes en mesure de répondre « OUI !».
A la question de savoir si nous connaissons ou communions à la vérité tout entière, nous avons le devoir de poursuivre intérieurement et sereinement notre méditation…

Qui donc est Dieu ?
Le mystère intime de Dieu nous semble être contenu dans le vocable de la lettre de Saint Paul aux romains : « La Vérité tout entière » !
Nous savons que toute vérité contenue dans notre monde n’est que le reflet ou l’image d’une autre vérité. Pour le moment, c’est un ainsi que nous voyons toute chose, « nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir… » 1 Cor 13,12
Alors de Dieu, que peut-on dire qui nous réconcilierait avec la plénitude de la vérité ? Par exemple, que dire de Dieu qui se donne à connaître, quand son Fils devient humain ?
Nous pouvons répondre humblement pour dire que Jésus, en devenant l’un de nous, il nous a conduit à la passerelle de l’amour divin qui l’unit à son Père par l’oeuvre de l’Esprit Saint.

Et conséquemment, leur amour divin pour nous, lève le voile sur la trinité sainte et l’indivisible unité du Père et du Fils et du Saint Esprit.
Si tout cela se comprend difficilement, ce n’est pas à cause de la complexité du mystère divin. C’est surtout qu’il s’agit des misères de notre langage et non moins de notre manque de foi.

Sinon, selon l’apôtre Paul, « nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans la quelle nous sommes établis. »

Frères et sœurs, visités par le Saint Esprit, « puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné », laissons le maître d’œuvre des vérités divines nous conduire sûrement à confesser notre foi en un seul Dieu, un seul Seigneur, dans la trinité des personnes et l’unité de leur nature.

Frères et sœurs, visités par le Saint Esprit, levons le voile sur le visage de Dieu dont les traits sont inscrits sur nos visages humains. Comment reconnaître cette communauté divine d’amour sans être nous-mêmes porteurs d’amour, apôtres d’amour, affamés et asoiffés d’amour…

Frères et sœurs, visités par le Saint Esprit, célébrons avec joie et beaucoup d’affection, la fête des pères de notre calendrier, parce que Dieu notre Père ne peut être étranger à nos fêtes humaines. Que tous nos Pères humains comblés de l’amour de Dieu s’acquittent inlassablement de leur devoir de promouvoir nos familles humaines dans l’amour.

Amen.

Retour haut de page