Donner à manger…

À la lumière des langues de feu de la pentecôte, nous avons goûté, dimanche dernier, au déploiement du mystère d’Amour de notre Dieu, sous les traits du triple visage divin du Père, du Fils et du Saint Esprit.
La solennité du saint sacrement que nous célébrons aujourd’hui confirme, si besoin en était, le triple message d’amour divin dont nous sommes les grands bénéficiaires.
C’est l’épisode de la multiplication des pains dans l’évangile du jour qui nous le laisse savoir :
Jésus lève les yeux au ciel
Jésus prononce la bénédiction
Jésus rompt et donne, et ses disciples distribuent

1- Jésus lève les yeux au ciel…
Si pour nous, la multiplication des pains ne renvoie pas à un acte magique (un tour de magie), le geste de Jésus qui lève les yeux au ciel, nous enseigne sur un triple rapport qui unit intimement le Fils et le Père :
C’est un geste de prière ! Jésus ne nous a-t-il pas enseigné de prier ainsi :« Notre Père qui es aux cieux, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel… » Mt 6, 9-10
C’est un geste d’action de grâce de l’un à l’autre. Jésus devant la tombe de Lazare fait le même geste. « On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé » Jn 11, 41
Enfin, c’est un geste de louange. Pris dans une émotion de reconnaissance, Jésus s’adresse ainsi à Dieu : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange… » Mt 11, 25
Pour vraiment terminer avec cette allusion au geste de Jésus qui lève les yeux au ciel, je voudrais me permettre de partager ceci : Dans nos us et coutumes, en quelques régions d’Afrique, l’action de grâce dans nos assemblées traditionnelles se traduit par les mains levées au ciel.
Frères et sœurs, la communion divine du Fils et du Père autorise à lire sereinement ce qui advient dans la vie du Fils car le Père a vraiment tout remis entre ses mains.

2- Jésus prononce la bénédiction
On ne peut adhérer à l’eucharistie, sans adhérer à la vie de Jésus. Et la vie de Jésus est une bénédiction. La requête de Jésus à l’endroit de ses disciples dit bien ceci :« Donnez-leur vous mêmes à manger ». Jésus refuse qu’on s’enferme sur le peu de ce qu’on possède. Savoir faire place à la parole de bénédiction (dire bien ou bien dire, dire du bien) pour promouvoir la vie. Tel est le sens de la vie de Jésus dans la vie de celui ou celle qui accueille sa parole. N’est-ce pas pour nous, une belle invitation à être bénédiction dans la vie des autres ? Si le Seigneur a vraiment tout mis entre nos mains, à travers les sacrements de l’Eglise, pourquoi tous ces replis sur soi, ces égoïsmes à disposer des biens de la nature sans bénédiction ? Pourquoi toutes ces paroles orgueilleuses, prétenduement nationalistes, pourquoi la haine de l’autre, le mépris de l’étranger, ou l’indifférence de l’inconnu continue de prospérer ?

3- Jésus rompt et donne, et ses disciples distribuent…
Jésus lui-même n’a-t-il pas été brisé dans la souffrance de sa passion ? « Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance
et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel… » He 5,7-9
C’est bien pour nous donner en partage la vie de Dieu que Jésus s’est fait notre sacrifice eucharistique. Paul a donc raison de nous dire : « Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur… » 1 Co 11,26
Le sacrifice de Jésus ou la multiplication infinie de son don de soi, nous le devons à ce que l’Esprit Saint opère pour nous dans chaque eucharistie.
Frères et sœurs, l’eucharistie ou l’amour trinitaire nous engage à donner à manger selon la recommandation de Jésus. Faisons notre part, Dieu est fidèle !

Retour haut de page