Les clés de la maison…

Who's the last word?« Je te donnerai les clés du royaume des cieux… »
Avant que Jésus ne s’adresse ainsi à Pierre, dans l’évangile de ce jour, le prophète Isaïe nous permet de lire dans l’ancienne alliance, une anticipation du symbolisme des clés.
À l’occasion de la destitution de Shebna (premier ministre) ou gouverneur du palais de la Judée, le prophète annonce à ce dernier, un nouveau contrat social que le Seigneur réserve à Eliakim :
– « Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David. » Quelle est cette énorme clé qui s’étalait alors telle une croix sur l’épaule de cet élu de Dieu ?
– « Il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda » Quelle est cette figure paternelle capable de prendre soin des fils et filles de la maison de David ?
Nous percevons aisément que la responsabilité de Eliakim, prochain gouverneur, est vraiment importante et impressionnante :
– « S’il ouvre personne ne fermera, s’il ferme, personne n’ouvrira. » Qui peut être détenteur d’une telle clé, avec les pleins pouvoirs ?
En réponse à toutes nos questions, nous lisons dans le livre de l’apocalypse, « Ainsi parle le Saint, le Vrai, celui qui détient la clé de David » Ap 3,7. Ou encore, « le Vivant : j’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles ; je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. » Ap 1,18. Oui, le vrai détenteur plénipotentiaire de la clef, nous pouvons le dire, sans risque de nous tromper, c’est vraiment et finalement le Christ.
Annoncé par tant de figures de l’ancienne alliance, le Christ continue de nous interroger, encore aujourd’hui : « Pour vous, qui suis-je ? » N’allons pas vite en besogne en mettant sur nos lèvres, l’inspirante réponse de Pierre : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Considérons avant tout, la belle démarche de l’adoration de l’apôtre Paul : « Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! » Autrement dit, quelle expérience personnelle ou quelle rencontre personnelle du Christ m’introduit dans son insondable amour ? Qui de nous, oserait prétendre avoir aimé Dieu le premier pour attendre d’être récompensé en retour ?
Frères et sœurs, au carrefour de toutes nos interrogations se trouve l’énigme des clés de la maison. Confiées hier à Eliakim… portées par les figures d’Élie, Jérémie et Jean Baptiste, le Christ, le véritable détenteur exclusif des clés met Pierre en mission : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église. » Aujourd’hui, il revient à l’église de Pierre de conduire tous les enfants de Dieu à passer par les portes de la miséricorde.
Gardons-nous d’ignorer l’usage des clefs de la maison !

Ab Patrice S.

Retour haut de page